yannick_alain_martin_latulippe_300

Comment avoir de l’éloquence quand on n’a pas confiance en soi ? Par Martin Latulippe

Bienvenue :-)

Pas de panique, l'article que vous voulez lire se trouve ci-dessous, mais avant j'ai un petit cadeau pour vous...

Je vous donne GRATUITEMENT mes secrets pour devenir VOUS aussi un vendeur d'élite... Tout en gardant votre intégrité !

C'est en appliquant ces méthodes simples que j'ai réussi à devenir Directeur Commercial à 26 ans (et DG à 33 ans).

=> Cliquez vite sur ce lien pour découvrir vite TOUT ça !

...et maintenant, place à l'article :

yannick_alain_martin_latulippe_600

Nous sommes aujourd’hui en compagnie de Martin LATULIPPE (Coach, auteur, conférencier international, …) qui a partagé la scène de grands noms tels que Richard BRANSON le PDG Milliardaire de Virgin, Jack CANFIELD, etc…).

Dans cette vidéo, Martin va vous expliquer comment avoir de l’éloquence au pied levé.

Il arrive souvent que nous soyons en situation délicate lorsqu’on nous demande de parler en public, que ce soit lors d’un repas familial ou d’une présentation professionnelle improvisée.

N’est-ce pas, à la base, un problème de « confiance en soi » ?

C’est avant tout un choix :

Les gens pensent en général que les grands orateurs sont nés comme ça, et qu’ils ne pourront pas réussir et être aussi bons car ils n’ont pas confiance en eux. C’est une erreur !!! et même, selon Martin, une excuse ou un prétexte, pour justifier leur manque d’éloquence. Tout est une question de choix.

Etre un bon communicateur a un impact incroyable (On influence, on motive, on inspire, on mobilise, etc…). Et si on fait ce choix-là, ce choix mène à la confiance de prendre la parole.

1. Descendre les attentes :

Il est tout à fait réaliste de penser qu’au début, on va échouer, mais c’est aussi une question d’expérience. Savoir ce que c’est que de rater une présentation, perdre une audience qui n’est plus réceptive, toutes ces expériences nous aident énormément à devenir meilleur. Mais ça ne s’apprend pas, ça se vit !!!

On doit améliorer notre manière de communiquer, quand on est vendeur, parents, entrepreneur, … et il faut prendre conscience aussi que, par moment, on va faire des erreurs. Il faut avoir l’humilité de comprendre que c’est un chemin qui est tout à fait normal.

Les gens pensent que tous les grands communicateurs (Steve Jobs,  Richard Branson, etc …) sont nés ainsi. C’est aussi une erreur !

Cela fait partie du Mythe de la perfection que de se dire que ces gens-là n’ont jamais peur, ne sont jamais nerveux, ne se remettent jamais en question.

Quels ont été les défis de Martin ?

– Des crises d’anxiété, il faut savoir qu’il souhaitait devenir conférencier dès sa sortie de l’école et qu’il a fallu faire face à plusieurs défis.

– Quand une société vous embauche en tant que conférencier, pour Inspirer, motiver et faire réfléchir les gens, vous êtes rémunéré(e) pour les mots que vous allez dire et la façon dont vous allez les dire. Et ils doivent avoir un impact sur eux !!!  Donc on se pose des tas de questions :

– Suis-je légitime ?

– Suis-je assez bon ?

– Ai-je assez d’impact ?

Il avait le syndrome de l’imposteur. Il avait la gorge serrée, la bouche sèche, des plaques rouges…

Martin n’hésite pas d’ailleurs à montrer ses premières vidéos où il n’est pas nécessairement performant, afin de prouver qu’il n’est pas né avec cette aisance.

Le talent d’orateur, c’est un processus, on a tendance à voir les choses avec leur finalité et, la plupart du temps, on n’atteint pas ses objectifs. Qu’en est-il de ces objectifs de processus ?

 

2. « La vraie mesure du succès, c’est le progrès ! »

Lorsqu’on est seul dans une performance, on a tendance à mettre toute la responsabilité et la pression sur soi plutôt que de comprendre ce qui se cache derrière la mécanique de la performance. Ce n’est pas sur soi qu’il faut se focaliser mais sur l’audience et ce qu’on veut délivrer à cette audience.

Il faut se mettre au service de son audience et non de la forme de ce que l’on veut délivrer :

– Comment puis-je aider ces personnes ?

– Quelles sont leurs problématiques, leurs défis,  leurs aspirations, leur ambition.

On appelle cela des points communs, des leviers émotionnels, qui nous servent aussi à nous connecter avec eux.

 

Existe-t-il une structure que l’on peut utiliser pour nous aider ?

 

La base est bien évidemment : Introduction, corps, conclusion.

Mais, selon Patrick COMB, « Ne pas préparer le pitch, préparer le contexte »

Le conférencier doit d’abord habiter son message, avoir le ressenti.

Qui est dans la salle ?

Quelle est mon intention avec cette audience ?

Quels sont les 3 messages que je veux qu’ils retiennent ?

Quels sont les éléments qui vont les faire progresser ?

 

Donc on parle d’abord d’intention de délivrer un message, d’avoir un impact.

– Introduction avec :

Citation, Histoire humoristique, Du punch

Faire un point sur l’environnement de la salle ou un événement.

 

– Corps :

Les points que l’on veut enseigner, des histoires en exemple de ces différents points.

Il existe beaucoup de livres de séminaires sur le sujet.

 

Mais si vous voulez vraiment avoir de l’éloquence, ce n’est pas une structure ou un cadre qui va vous aider.

– Quel genre d’impact je veux avoir ?

– Quel genre d’influence je veux avoir ?

– Observez les orateurs à qui vous voulez ressembler.

 

Donc, faire des appels de préconférence pour savoir ce que les gens attendent, est très utile.

 

Voici l’une des premières vidéos de Martin où il parle du projet de Joel et c’est aussi une vidéo où il est très mal à l’aise.

https://www.youtube.com/watch?v=LtBlgJl3b44

 

PS : Si vous souhaitez en savoir plus sur Martin : http://www.lameilleureanneedevotrevie.com/

 

Attendez !

Pour vous remercier d'avoir lu cet article, j'ai un petit cadeau pour vous :

Je vous donne GRATUITEMENT mes secrets pour devenir VOUS aussi un vendeur d'élite... Tout en gardant votre intégrité !

C'est en appliquant ces méthodes simples que j'ai réussi à devenir Directeur Commercial à 26 ans (et DG à 33 ans).

=> Cliquez vite ICI pour découvrir mes meilleurs conseils !

1 Comment

  • Luc Griffet

    29 septembre 2014

    Merci Yannick et Martin pour cet échange très riche et très inspirant. Il contient des informations concrètes qui m’aideront à coup sûr à améliorer mes présentations en public (eg. « don’t prepare the speach, prepare the speaker » brillant !)